La fête des mères !

b_f_maman

 

 

Dépée combin d’temps qué j’fêtons la fête des mêres ? J'ai ouit l'la à matign est d'pée que sé sue terre

 

Jé n'é la fêtions pas dans l'temps là ! Vantiée, qu’cez l’ monde des riches, ça s’faisait, mais nous jé n’lé faisions jamée !

 

Mais l’qhuré du villaège sé chargit bin d’nous faire lé faire. I l’avait d’z’idées net’ bonnes.

Lé joue d’fête des mêres i décidit d’périer les couêffes qu’étaint mêre à v’ni à la messe pour la journée là qu’été exeptionnelle !

A nous les garçâilles j’dévions v’nit o un botchiet d’fleurs.

Quand on dit l’la à not’ mêre , o n’cherchit pâs à comprend’, o savait bin qué l’recteûr aimait bin les nouviautés, et o nous fit à mon frêre et à ma châque not’ boqhet d’roses, dé veutes là qu’étaint sue not’ pétite cabane dans l’courti ;

 

Jé futes  à la messe o ielle et ma faïs, jé n’ nous d’mandions pâs trop c’qu’allait s’pâsser.

Juste avant l’élévâtion, i nous d’mandit à nous les garçâilles dé nous l’ver et d’aller embrasser nos mêres dans lou banc et d’lou souèter lou bonne fête ;

 

Eh ! Bin créyez maï si vous voulez, j’n’embrassions not’ mêre qu’au permier d’l’an, et là tout d’un coup , j’allions,  lâ z ‘embrasser comm’ ça d’vant tout l’monde. L’la n’tait pâs prévu dans not’ tête.

Quand j’apperchit d’maman, mon qhoeur sé mint à batte si fôrt qué j’éclatis en sanglots , j’bériâes bin haout ; Lé monde sé d’mandaint bin pourqua, n’y’euie qu’maman qu’en fit autant , et ielle jé sé sûre qu’o savait bin pourqua !

J'tons aisées à émotionner dans not' monde

 

fetemaman68xo