Ma communion quand j’euie douze ans !

Jé n’sais pâs si les garçâilles qui font lou communion astoure ont des biaoues cadeaux.

Nous j’attendions la journée là, j’étions hétant en songeant à tout tchic qui pouait nous arriver d’bon ;

Déjà, j’nous sentions en grâce, pasqué dans l’temps, n’tait pâs rin d’sengager d’même pour la vie, j’étions si crédules et surtout j’avions tél’ment poue dé nous faire puni par lé «  Bon Dieu », qué j’n’en faisions pas ardi d’péchés. Même qué quand j’n’en trouvions pas assez , i fallait élonger la liste , pour fini par un : j’ai menti.

J’vâes illé, faire l’effilongée dé tous mes cadeaux, j’m’en rappelle comme si tait hiêr. J’n’étions pourtant pâs eune grande cot’rie, j’étions vantiée eune vingtaine. Mais faire eune fête rin qu’pour maï, tait eune bonne affaire.

V’la don , mes cadeaux :

D’abôrd, j’euie dré a un missel et complet Siou plait !( Est Ma mêre qui m’en fit persant, tait eune récompense de bin travâiller à l’école ! Bin vouèyons !)Mais j’n’euie pâs d’chap’let !

Ma mârraine , mé donnit 10.000 francs d’l’époque, pasqu’o n’euie pâs l’plaisi dé m’pouèyer la monte qué les mârraines offraint toutes ;

J’euie eune monte tout comme , tait ma tante Valentine qui m’la pouèyit. Eune monte dé gar’. J’étâes flée !!! Mais pourqua qu’ma mêre li avait dit oui, quand o n’avait caousé. J’arrâes mieux voulu qu’arrait té ma mârraine ielle qu’tait jiène o du goût. Mais ma tante là, o s’tait laissée emberlificoté o sa vouèsine qu’avait z’euie son homme horlogier et ol avait lé stoc à écouler o m’dit qu’ol avait chouèsi la pue pétite. Ian tait eune monte cârrée dé 3cm dé côté et un brac’let en férâille !!!!!! j’li en fit vaire dé toutes les couleurs , mais ol tait vra solide ! Mes copines ielles en avaint des toutes pétites, jé n’voulâes pâs lou montrer la chôse horribe accrochée à mon pouègnet !

J’euie aussi un bénitier , tout biaoue et tchiurieus’ment i m’pleuie bin , i l’tait en argent o l’imaège dé Ste Thérèse dé Lisieux

Des veilles couêffes, anciennes vouèsines mé mintes dans un biaoue papier d’journa, traès verre o eune communiante déssus, comme ol taint deux , çà m’en fit eune démi-douzaène. Jé n’mé rappelle pue si un joue j’avons beuie d’dans. J’les ai ertrouvés à la mort dé ma pôve mêre. Ol l’zavait gardées tout l’temps là !

Ah ! eu aoute biaoue cadeau c’ti là, étaint mes maîtes d’école qui m’ fites persent d’un live dé recueil du journa Vaillant, oh ! jé m’rappelle la bande déssinée dé Placide et Muzo, Ella fut pour maî lé cadeau qué j’n’arâes jamais songé à d’mander. !!

Quand lé r’pâs fut fini et avant d’ertourner es vêpes, jé fis la distribution d’imaèges pour la souv’nance dé la belle journée. Oh ! i en avait des amins qu’aj’taint déjà des belles imaèges o des papiers en dentelle, mais maï j’euie dré es imaèges qué j’trouvions dans l’temps là, dans les tablettes dé chocolats. J’n’en avions même pâs assez, faout dire qué du chocolat j’n’en mangions ghère, était not vouèsine qui nous les gardit.

V’la ma communion comme j’la pâssis. Ella fut pour maî eune vra belle journée, et même si astoure jé m’dis qu’tait tout comme pâs eune si grande fête qu’élla, mais ol tait à maï !!

        vaillant     placidmuzo2